A (11) | B (5) | C (10) | D (18) | F (4) | G (7) | H (4) | I (1) | J (7) | K (7) | L (14) | M (13) | N (2) | P (4) | R (8) | S (6) | T (5) | U (2) | V (8) | W (3)


CERAMIQUE

70, Route de Bomerée
6032 Mont-sur-Marchienne
Tel : 071-43 55 21
GSM : 0497-62 13 13
spotoa@hotmail.com

Mon tra­vail se situe entre la céra­mique et la pote­rie. Les formes, tou­jours simples, naissent le plus sou­vent du tour du potier. Elles m’apparaissent essen­tielles et me troublent par l’harmonie qu’elles révèlent.

 
Avec cette nouvelle série, Arnaud Sprimont poursuit un peu plus en avant les questionnements à la base de sa recherche créatrice. Grâce à une observation à la fois scientifique
et empirique des cellules et des structures du vivant, il arpente un univers invisible et effrayant, où se dévoilent les liens puissants qui existent entre la nature et l’humain. C’est
précisément l’exploration de ce réseau larvé qui est au coeur de sa démarche et de sa volonté de se définir dans et en harmonie avec la nature, à l’instar des microbiotes vivant en accord avec leur hôte.
Au départ, A.S. puise sa matière première au sein même de la nature. A partir d’éléments récoltés au gré de ses pérégrinations, il crée un nouvel alphabet du vivant, qui sera pour lui la base d’une grammaire, destinée à ra- conter sa propre humanité. S’en suit un travail d’hybridation: une construction est réalisée à partir de plusieurs éléments, créant une sorte de nouvelle composition biologique pleinement fantastique et à l’aspect baroque, tel un croisement d’espèces improbables. Ainsi son interprétation du matériau tend à dématérialiser les formes, afin qu’elles deviennent représentation de son propre univers. Leur aspect blanc, neutre, proche d’une image scientifique, s’approche au plus près de la forme, pour en capter les reliefs et les ombres.
Les pièces d’Arnaud Sprimont se révèlent comme un prolongement du corps humain dans ce qu’il a de plus secret et insondable, au travers une volonté de définir sa nature profonde, dans toute son infinité.
 
Marie-Luce Martin
 

BIJOU

Hogeschoollaan, 61
1050 Bruxelles
Belgique
+32 (0) 495 327 052
stankov.dmtr@gmail.com
www.dimitarstankov.com
 

Dimitar a la profonde conviction que les sons ont une forte influence sur l'esprit et le corps humain.

Les sons ont le pouvoir de créer des images qui peuvent rester constamment dans notre esprit.
Partant de là, il va utiliser ces potentialités pour visualiser le son et le convertir en objets d'art et en bijoux qui peuvent entrer en contact physique avec le corps humain. Il s'est basé sur une étude des sons et de leurs vibrations. Celle-ci est appelée Cymatics.

D'un point de vue pratique, il utilise le son d'une Kaba gaida bulgare pour créer des formes dans la fécule de maïs. Dès que l'amidon est versé sur un haut-parleur et que la musique est jouée. Celui-ci réagit aux  différentes fréquences, des tensions sont observées et ensuite, des formes en trois dimensions et en mouvement constant apparaissent. Ces formes sont prises en vidéos, photos et croquis et elles sont converties en objets construits à partir de petits morceaux de fil soudés ensemble, semblables à toutes les notes qui doivent être assemblées pour créer de la musique.

Fasciné par la douceur de la peau d'agneau utilisée pour la fabrication d'une cornemuse, Dimitar va étirer des tripes d'agneau autour de ces formes faites de fils.

En raison de sa capacité à rester flexible lorsqu'elle est mouillée et à durcir lorsqu'elle est sèche, cette matière  présente des caracteristiques uniques qui permettent la transmission des informations sonores capturées et des mémoires cryptées dans les objets.

La gamme naturelle des couleurs des tripes est associée aux couleurs utilisées pour décrire les différentes tonalités de la musique.

Haut de la page