JEDWAB Michel

Je travaille l’ardoise depuis les années 80. Noire de Martelange, violette veinée de vert de Fumay, grise d’Anjou. J’ai recours à des baguettes de laiton pour animer le noir de la pierre, souligner les lignes de la forme et renforcer les assemblages. C’est doré, lumineux… et ça fait des bijoux facile à porter, à des prix abordables… avec une technique (autodidacte) tenant plus de l’ébénisterie que de la couverture de bâtiments.

Un bijou « masculin »

L’idée du bijou de col en pierre polie vient de la constatation de l’absence d’offre de bijoux masculins et de l’envie de trouver quelque chose n’ayant pas encore été fait.

Monté sur élastique comme un nœud papillon classique, c’est solide, confortable et élégamment non-conformiste.

Cette production ne peut être qualifiée de monomanie : j’ai aussi fabriqué des boutons, des pendentifs, des broches et même des objets simplement décoratifs.

Gagnant ma vie comme typo-graphiste, m’étant fixé comme règles de ne jamais refaire deux fois la même pièce et de rechercher toujours une finition irréprochable, la surproduction de bijoux de col n’a heureusement jamais été l’objectif proritaire, mais, comme en plus de m’amuser avec mes dix doigts, j’ai même rencontré des clients pour en porter…

Bijou de col
Bijou de col
Bijou de col
Pendentif
Pendentif
Bouton

Curriculum vitae

CV: 

17 Avenue Reine Marie-Henriette
1190 Bruxelles
+32 (0)477 539 642
mjed@skynet.be

Parcours général

1968-1972
École Nationale Supérieure des Arts Visuels - La Cambre à Bruxelles.
Atelier de Luc Van Malderen. Graphisme.

1972-1976
Agences de pub
1976
Typo-graphiste indépendant
www.binomedesign.be

Musée de la superstition
http://binomedesign.be/superstition/index.html

Livres
FAMILY SHOPS, photos : P. Pellizzari / Textes : MJ. Éd. 5 continents, Milan, 2006. Fr, En, It.

IMMOGRAPHIE BRUXELLOISE, Texte, photos, mise en page : MJ. Éd. CIVA, Bruxelles. 2009. Fr.

Artisanat

Enthousiaste des techniques numériques, mais formé au temps des crayons et des pinceaux, j’ai toujours aimé le travail « manuel ».

De la feuille de papier blanc à celle de schiste, moins éphémère, un petit pas de côté a suffi, dans les années 80, grâce à la rencontre avec une ardoise angevine sur un chantier de restauration.

Jeune marié à l’esprit pratique, j’eus l’idée de m’en servir pour créer un bijou pour ma femme…
Et rapidement, d’autres en ont voulu aussi…

Haut de la page